La commémoration du 8 mai 1945 a été marquée par un dépôt de gerbes au monument aux Morts, placé sous la direction de Marcel Capillaire. La cérémonie se prolongeait place de la Résistance, où le maire William Burghoffer s’est adressé aux Illois, en présence des représentants des associations d’Anciens combattants, de la gendarmerie, des sapeurs-pompiers, des enfants des écoles et des Canaillous de Millas.

Le discours a été martelé quatre fois par l’article premier de la Constitution : « La France est une République indivisible laïque démocratique et sociale. Elle assure l’égalité devant la loi de tous les citoyens sans distinction d’origine, de race ou de religion. Elle respecte toutes les croyances ». Par cette récurrence, le premier magistrat a souhaité maintenir les consciences en éveil. Car comme il le soulignait : « 74 ans après la fin de la Seconde Guerre mondiale, nous sommes à nouveau confrontés à la recrudescence des idéologies de la haine et des fanatismes religieux ». Une piqûre de rappel. Une pensée aussi pour tous ceux qui sont entrés en résistance, dont les guérilleros espagnols. « Je veux aujourd’hui leur rendre hommage. Dire à ces héros pour la plupart disparus, dire à leurs enfants, à leurs petits-enfants, à leurs familles qu’à Ille nous reconnaissons leur bravoure et leurs sacrifices. C’est pourquoi le conseil municipal choisira prochainement un lieu en leur mémoire ».

À la lumière du texte fondateur pour l’Union européenne de Robert Schuman, William Burghoffer insistait sur cette paix durable de 70 ans qui en découle. À quelques jours des élections européennes son discours aura fait réfléchir.

La cérémonie se terminait par une remise de médailles. Robert Oms recevait la médaille d’engagé volontaire pour l’Allemagne et l’Algérie, Ludovic Azéma et Loïc Palau la médaille des 10 d’engagement de sapeur-pompier volontaire.

COMMÉMORATION. La cérémonie du 8 mai 1945, a été solennelle.