La pelouse du stade Jean-Galia accueillait dernièrement les Dragons Catalans, surpris par la qualité de la « moquette » illoise. Le coach adjoint Thomas Bosc s’en est fait l’écho. Il faut dire que les services municipaux et plus particulièrement Jean-Jacques Dimon, sont aux petits soins pour cette pelouse, tout comme celle du stade annexe et le parc des mamans. Alors quand les félicitations viennent conforter leur travail, ils sont heureux : « Ça fait plaisir. On ne fait pas ça pour une récompense. Je le fais parce que c’est mon métier. Et de voir tous les gamins de l’école de rugby ou de l’école de foot s’épanouir dessus, me donne encore plus d’envie », explique Jean-Jacques Dimon. Avec sa formation de paysagiste, mais aussi son rôle éducateur à l’école de rugby d’Ille XIII, Jean-Jacques Dimon a le recul pour gérer les installations du stade. L’entretien des pelouses passe par plusieurs phases. En décembre dernier a eu lieu un épandage d’engrais. « À ce moment-là, la pelouse ne pousse pas, mais le système racinaire reste actif ». Le ballet des 28 asperseurs est mis en route deux fois par semaine. Et l’arrosage se fait depuis une dérivation intelligente du canal de Thuir, par l’intermédiaire d’une cuve et d’une pompe.

« En mai j’effectue un sablage et un décompactage pour aérer la pelouse à l’issue de la saison où elle s’est tassée. De fin mars à avril je tonds une fois par semaine. Cette année j’ai tondu jusqu’en décembre. C’est exceptionnel ». La capacité d’absorption des eaux de pluie est phénoménale. « Le drainage est bon. Il y a 1,50 m à 2 m de gravier ».

Mais l’entretien ne se limite pas à la pelouse. Jean-Jacques Dimon soigne aussi les vestiaires, les nettoie les lendemains de matches. Et entretient des relations avec le principal utilisateur du stade, Ille XIII. « Il y a du travail, mais je m’entends super bien avec le président d’Ille XIII Éric Sibieude ».

Un stade qui respire le bonheur simple du sport amateur, celui du dimanche, celui qui crée du lien social.

L’Indépendant