Grève. Le syndicat FO tire la sonnette d’alarme.

Les agents de l’Établissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ephad) résidence Saint-Jacques, soutenus par le syndicat FO santé, ont entamé hier un mouvement de grève. Ils se sont réunis devant l’établissement, avant de se rendre au giratoire de la zone d’activité, afin de distribuer des tracts d’information. « Le mot d’ordre, c’est de sauver nos Ehpad en leur donnant les moyens pour un fonctionnement qui assure une qualité de soin et de prise en charge de nos aînés », expliquait Marie-José Bekhtari, secrétaire départementale FO santé.

À Ille-sur-Têt, Marie-José Gil, secrétaire du syndicat FO de la résidence Saint-Jacques, avait réussi à mobiliser le personnel : « Aujourd’hui, nous sommes tous rassemblés pour nos aînés, pour améliorer le niveau de qualité de soin. Le manque de personnel fait que la charge de travail est plus importante et impacte sur le bien-être des aînés et du personnel. Hormis le personnel réquisitionné, le mouvement de grève a fait pratiquement l’unanimité dans l’Ehpad. Les gens assignés, les résidents et les familles nous soutiennent ».

Et Marie Bekthari d’ajouter : « On se mobilise aussi pour l’action contre la réforme des retraites du jeudi 5 décembre, car elle impacte beaucoup le personnel soignant, elle augmente le temps de présence dans les établissements et nous ne pouvons pas l’accepter ».

Le syndicat FO exige l’engagement du gouvernement à mener avec l’ensemble des acteurs une réelle réflexion sur les modes de financements des Ehpad et le recrutement massif et immédiat de personnels pour obtenir le ratio : un personnel égale un résident. « Ici, nous demandons deux postes supplémentaires afin d’améliorer la qualité des soins de nos résidents. Nous avons actuellement une organisation satisfaisante pour l’ensemble du personnel. Le problème se situe uniquement dans les deux secteurs en difficulté, essentiellement le matin au moment des toilettes où il y a trois agents pour réaliser 43 toilettes », souligne Marie-José Gil. Un problème qui dépasse largement l’Ehpad d’Ille-sur-Têt et qui mérite qu’on tire la sonnette d’alarme.

L’Indépendant