CONCERT. Airina a envoûté le théâtre de la Fabrica.

Le duo Airina, Alex Augé (saxophone soprano) et Jean-Paul Sire (accordéon) a baigné le public venu au théâtre de la Fabrica, dans une ambiance jazzy. Leur feeling et leur talent ont tiré la soirée vers le haut, dans une alternance de brusques flambées et de nonchalance. Un bijou de soirée, comme le titre de la première compo signée Jean-Paul Sire. Alex Augé, physique, gestuel, arrachant à son saxo des soupirs de contentement, des sonorités baroques, Jean-Paul Sire tout en finesse ajoutant sa touche, sa sensibilité, poétisant la soirée.

Le public a bien compris qu’il vivait un moment rare, avec des mélodies fortes, des harmonies riches, sur des compositions originales d’Alex, Florence et Jean-Paul. Jusqu’à ce final en hommage à Bruno Codignola. « Ce phénomène, une référence du jazz en France », soulignait Jean-Paul Sire. Mais les phénomènes étaient dans la salle ce soir-là.

Et quand Alex parle de Jean-Paul, leur complicité s’explique : « On s’est rencontré dans le groupe de Davy Kilembé. J’ai été saisi par son univers et sa poésie. Et à l’époque j’avais envie d’avoir une petite formation légère, intimiste où on pourrait travailler sur la liberté d’interprétation. J’ai proposé ça à Jean-Paul et il a accepté ».

Une quinzaine de concerts ont suivi. « Chaque fois qu’on joue ensemble, on est très complice et heureux quand on termine le concert ». Comme l’a confié Jean-Paul, « Alex, c’est une belle rencontre. Il a quelque chose qui lui appartient ». Avec Airina une discussion est née, aux frontières du jazz, du blues, du tango, une musique fauve, enfiévrée, une musique couleur Airina.

L’Indépendant