EXPOSITION. Action contre la faim se dévoile à La Catalane.

Action contre la faim propose jusqu’au lundi 27 mai à La Catalane, une exposition qui souligne les réalisations de cette organisation fondée en 1979, qui s’attaque aux causes et aux effets de la faim et des maladies qui menacent la vie des populations vulnérables.

Le délégué départemental André Cogolliègnes a reçu un accueil favorable des élus : « Si j’osai, je dirai de votre exposition qu’elle est magnifique. Mais peut-on dire d’une telle exposition qu’elle est magnifique, quand on voit ce qu’elle représente, expliquait le maire William Burghoffer. Car elle représente une autre face de notre monde. Une face que nous ne voyons pas. Ou plus exactement que nous ne voulons pas voir. Nous ne voulons pas voir ce que représente la misère au XXIe siècle. En regardant cette exposition, je pensais à mes petits enfants qui eux ont la chance de vivre dans un des pays les plus développés au monde […] Mais pas seulement. Car la France est aussi un pays qui doit aujourd’hui faire face à l’exclusion, la précarité, la malnutrition, au mal logement. Pour combattre ces fléaux heureusement nous avons des personnes qui œuvrent au quotidien au sein d’associations. Elles font un travail remarquable. Nous les soutenons du mieux que nous pouvons. Nous participons aussi sous d’autres formes que financière au bien vivre à Ille. Notamment dans la lutte contre ces marchands de sommeil ».

Informer le public

Le délégué départemental André Cogolliègnes s’est montré sensible à l’accueil : « Monsieur le maire, en nous permettant cette exposition vous avez affiché au grand jour vos valeurs d’humaniste et vous emboîtez le pas à Étienne Batlle, maire d’Ille de 1904 à 1922, qui s’est porté volontaire pour soigner les populations de la région d’Avignon, ravagée par une épidémie de choléra. La visite de cette exposition que vous avez désirée permettra aux personnes qui viendront la voir d’être informées sur les missions d’Action contre la faim ».

Les panneaux mis en place, n’ont pas la prétention de souligner toute la misère du monde. Ils révèlent surtout ce qui d’un continent à l’autre est fait pour lutter contre la faim dans le monde, de l’outillage agricole au Soudan, aux coupons alimentaires à Haïti, en passant par l’accès à une eau saine aux Philippines, une sensibilisation aux pratiques d’hygiène en Mongolie, une intervention agricole et pastorale en Birmanie.

« La faim dans le monde c’est pratiquement 17 personnes qui meurent par minute. Depuis que j’ai pris la parole, ça fait 2 minutes 10 secondes, 37 personnes sont mortes, dont 28 enfants », soulignait André Cogolliègnes. Sans tomber dans le cliché, le but de l’exposition est de dessiller les yeux du public et de l’amener à voir ce qu’il ignorait peut-être.

L’Indépendant