Origine

Cette tradition remonte au Moyen-âge. C’est un vieil hymne liturgique qui apparaît au XIIème siècle. En latin on disait “gaudia”, pluriel de “gaudium” : joie. Le culte de la Vierge Marie amena à chanter les “gaudia beatae Maria Virginis” (les joies de la bienheureuse Vierge Marie).
Au XVIème siècle, les goigs deviennent alors une des manifestations les plus vives de la créativité populaire.
Jacint Verdaguer raconte que les bergers de Benda, il y a 500 ans, entendant, le samedi saint, l’alléluia du monastère de Sous, eurent envie de chanter… Levant les yeux, ils virent l’hermitage de Notre Dame del Monts (Nostra Senyora del Mont) et c’est ainsi que les goigs de cette Vierge leur vinrent tout naturellement aux lèvres. Ils allèrent alors de métairie en métairie offrir leur cantique… et c’est ainsi que naquirent les “goigs dels ous” (joie des oeufs).
Pouquoi l’oeuf?… L’oeuf est le symbole de la naissance, de la résurrection. Et puis pour remercier les chanteurs, on leur donnait des oeufs, parfois du boudin et du petit salé… Grace à ces trois ingrédients on pouvait confectionner l’omelette que l’on dégustait à Paques.

A Ille

Cette tradition s’est perpétué tout au long du XIXème et XXème siècle. On a toujours chanté les goigs. Les tournées se faisaient à pied, dans la nuit, on allait de mas en mas où les choristes étaient accueillis avec ferveur et recueillement. Toute la famille (les grands parents, les parents, les enfants, petits enfants) écoutaient dans un silence religieux ce chant à la fois religieux et profane. On ne chantait que les goigs et le célibataire de l’équipe recueillait la “cistella” (le panier) contenant les oeufs, le boudin, le petit salé, quelques bouteilles de vin.
A l’heure actuelle, les tournées s’effectuent en voiture. Dans les maisons amies où le groupe est accueilli se retrouvent parents, amis, voisins qui participent eux aussi en étroite communion avec les chanteurs à la joie de Pâques Bien sur on déguste très souvent les succulentes “bunyettes” et les savoureuses “rousquillles”, le tout accompagné d’un verre de Muscat ou de Grenache… Les tables sont abondamment garnies : charcuterie, viande froide, parfois “bolas de picolat”, les tripes… Si le célibataire ne reçoit plus la “cistella” (sauf en de rares occasions), il perçoit des dons d’argent qui permettent quelques semaines plus tard d’organiser un plantureux repas.
Bien sur on chante les traditionnels “goigs dels ous”, mais aussi plusieurs chansons populaires catalanes qui rappellent aux anciens de bons souvenirs et qui permettent aussi de faire prendre connaissance au public de la richesse du folklore catalan.
A ce propos, rendons hommage à deux hommes, deux Illois, qui furent en leur temps des défenseurs acharnés du folklore, de la musique, des traditions catalanes.
Charles Lafon, musicien, chef de coeur, directeur, qui a harmonisé presque tous les morceaux que nous avons au programme et Lucien Castillo, qui pendant 52 ans (1948 – 2000) a dirigé avec compétence et dévouement les goigs del ous. Notons au passage qu’il fut à l’origine de l’accueil des cinéastes japonais venus filmer les fêtes traditionnelles de Paques dans les Pyrénées Orientales (1989) et en 1991, c’est lui qui a organisé le Centenaire des Régina et le Cinquantenaire des Goigs dels Ous.

Le groupe traditionnel en 2004

  • 40 choristes (hommes) qui chantent à trois ou quatre voix
  • 5 ou 6 musiciens : mandolines, guitares, parfois accordéon
  • Chef de coeur : Jordi Barre qui a rejoint le groupe depuis plusieurs années et qui, à la mort du regretté Lucien, a pris en mains la chorale.
  • Président : Jean Mestres
  • Vice Présidents : Albert Monnier, Robert Tichadou
  • Trésorier : André Carrere
  • Secrétaire : Marcel Capillaire

Programme :

  • Goigs del ous (Harmonisation Charles Lafon)
  • Titona (Harmonisation Charles Lafon)
  • Muntanyes del Canigo (Harmonisation Charles Lafon)
  • Muntanyes Regalades (Harmonisation Charles Lafon)
  • Desperta-te (Harmonisation Charles Lafon)
  • Cantem (A.Batlle)
  • L’Encontra (Harmonisation Charles Lafon)
  • La dansa de l’amor (Planasi Voltos)
  • Leanor (Musique Charles Lafon)
  • Campanes del Vallespir (M. Havart)
  • Psalm de la creacio (Richard, harmonisation Lagrée)
  • Evocacio el Pirineu (Martinez/Valls)
  • Quan jo tenia pocs anys (F. Civil Castellvi)
  • Ma llenga (Paroles Lucien Castillo, musique Jordi Barre)
  • El grapat de cançons catalanes (Harmonisation Charles Lafon)
  • Despedida (Un Tal)
  • Vidéo del goig dels ous
  • “Maintenir pour transmettre” était la devise du Groupe Folklorique Illois. Elle demeure toujours aussi vivace dans nos coeurs… Ne laissons pas disparaître nos belles traditions. Ille a un folklore riche et varié, à nous de nous atteler à la tâche, de façon que perdure de longues années durant ce qui fait l’âme de la cité illoise.
    Depuis plusieurs années nous avons le plaisir et la joie d’accueillir des jeunes qui se passionnent pour ces traditions. Souhaitons que dans quelques années ils puissent prendre la relève des anciens pour maintenir et préserver l’âme catalane.”

    “Guardem la tradicio, vella y nova, cadena que va de
    l’home a dona i de dona els infants” (H. Garrigue)

    Enregistrements :

    • 1998 Goigs dels ous tradicionals (cassette)
    • 2002 Goigs dels ous d’Illa de Tet (CD)